Géologie / Hydrologie / Sédimentologie / Géologie pétrolière / Paléontologie / Géophysique


    Déformation polyphasée et importance de l'héritage structural dans les longmen shan (sichuan, chine) : apports d'une approche couplée entre géophysique et géologie

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 537
    Date d'inscription : 30/09/2010

    Déformation polyphasée et importance de l'héritage structural dans les longmen shan (sichuan, chine) : apports d'une approche couplée entre géophysique et géologie

    Message par Admin le Mar 28 Aoû - 13:39

    Déformation polyphasée et importance de l'héritage structural dans les
    longmen shan (sichuan, chine) : apports d'une approche couplée entre
    géophysique et géologie

    L'objectif de cette thèse est de comprendre la formation, la
    structuration et les processus de réactivation d'une chaîne de montagne
    intracontinentale atypique : les Longmen Shan, situés dans la province
    du Sichuan, en Chine. Localisés à la limite entre le craton du Yangtze
    où s'est déposé le bassin du Sichuan (au Sud-Est) et le bloc du Songpan
    Garze appartenant au plateau tibétain (au Nord-Ouest), les Longmen Shan
    se sont majoritairement structurés lors de l'orogénèse indosinienne, à
    la fin du Trias et ont ensuite subit plusieurs réactivations.Cette
    chaîne de montagne est donc un endroit privilégié pour étudier la
    réactivation et l'héritage structural et thermique d'une structure
    intracontinentale, en relation étroite avec la formation et l'évolution
    du plateau tibétain. Tout d'abord, pour contraindre les paramètres
    crustaux, une imagerie crustale détaillée le long d'une coupe à travers
    cette chaîne est proposée. Une réseau sismologique de 35 stations a été
    déployé pendant plus de 2 ans le long d'un profil dense. La technique
    des fonctions récepteurs a été appliquée et les données gravimétriques
    ont été utilisées conjointement pour renforcer l'imagerie obtenue. Un
    saut de Moho abrupt de 20km a été imagé, entre une croûte tibétaine
    épaisse d'environ 63km et la croûte du craton du Yangtze , épaisse de
    45km. Ce résultat traduit la confrontation de deux lithosphères
    d'épaisseurs et de propriétés physiques contrastées. Les rapports Vp/Vs
    ainsi que les mesures d'anisotropie crustale et mantellique ont montré
    l'absence d'une zone à faible vitesse ou d'une zone de fluage important
    au sein de la croûte, ce qui réfute les modèles de déformation de la
    croûte tibétaine impliquant un chenal de déformation au sein de la
    croûte tibétaine. L'imagerie crustale a donc mis en évidence un
    important contraste à l'échelle lithosphérique. Le second axe de ce
    travail a consisté à étudier cette région à plus long terme en menant
    une étude stratigraphique, tectonique et métamorphique afin de déduire
    l'importance de l'héritage géologique dans sa structuration actuelle.
    Dès le début du Paléozoïque, la marge passive qui sera ensuite inversée
    présentait déja probablement une variation abrupte de l'épaisseur
    crustale. Un premier contraste d'épaisseur lithosphérique au niveau des
    Longmen Shan se situaient donc à la limite entre deux domaines
    paléogéographiques différents. A la fin du Trias, lors de la fermeture
    de la Paléotéthys, l'épais prisme sédimentaire du Songpan Garze a
    débordé sur la marge passive de la bordure Ouest du craton du Yangtze,
    dans la région des Longmen Shan. Cependant, il n'y a aucune évidence de
    subduction dans cette chaîne et le métamorphisme associé à cette phase
    de déformation correspond à des moyennes températures (jusqu'à plus de
    600°C) pour des pressions relativement modestes. Les données
    métamorphiques ont montré un pic de pression (relativement faible,
    inférieur à 8kbar) suivi d'un pic de température pouvant conduire à une
    migmatisation associée à une exhumation variable en fonction de la
    localisation au sein de la chaîne. Les variations latérales de
    l'exhumation sont interprétées comme directement associées à la
    dynamique de la mise en place de la nappe du Songpan Garze sur la marge
    Ouest du craton du Yangtze. L'apex des Longmen Shan correspond donc au
    front de la nappe du Songpan Garze et délimite deux domaines structuraux
    et métamorphiques contrastés.Cette étude met en évidence une phase de
    réactivation à la fin du Crétacé de la chaîne, probablement associée à
    la rotation dans le sens horaire du craton du Yangtze. Enfin, la
    dernière phase de déformation affectant les Longmen Shan est une
    répercussion de la collision entre l'Inde et l'Eurasie qui fini de
    structurer cette chaîne.Nous avons donc montré qu'une limite
    paléogéographique majeure, héritée d'une structure en marge passive
    transtensive peut subir le débordement de nappes sédimentaires provenant
    d'un prisme distant de très grande taille. Ce débordement a provoqué
    une inversion de relief et un surépaississement crustal en conséquence
    de la superposition de ces épaisses nappes. Une fois cette limite
    tectonique formée, la région va subir plusieurs réactivations liées à
    des déformations annexes comme l'orogénèse Yanshanienne ou la collision
    entre l'Inde et l'Eurasie. Cette chaîne est encore active aujourd'hui
    comme l'a démontré le séisme du Sichuan du 12 Mai 2008 qui a eu lieu
    dans les Longmen Shan avec des caractéristiques atypiques.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien](149.1 MB)

      La date/heure actuelle est Lun 19 Fév - 11:10